Pôle Lamartine

Responsable : Guy Fossat

L’Académie de Mâcon possède la quasi-totalité des œuvres d’Alphonse de Lamartine publiées de son vivant : poésies, écrits politiques, études historiques, romans et récits divers, correspondance ; et une partie de ses publications périodiques. Bon nombre d’études le concernant sont également disponibles sous plusieurs formes : ouvrages, communications, articles.

Né à Mâcon, Lamartine était attaché à son Académie, dont il a été membre et président (un de ses oncles fait partie des fondateurs). Depuis, l’Académie n’a pas cessé de commémorer les grands évènements de la vie de Lamartine, et de promouvoir les études concernant son œuvre (voir les Annales de l’Académie de Mâcon), œuvre qui continue à susciter l’intérêt d’amateurs ou de chercheurs. C’est aujourd’hui le Pôle Lamartine qui regroupe ces amateurs et chercheurs pour des réunions de travail, qui se donne pour tâche d’encourager des travaux personnels ou collectifs, et de publier des études sur ou autour de Lamartine.


Plan de la page

Activités du pôle
Actualité lamartinienne
Publications
Iconographie
D’autres regards sur Lamartine
Archives


Ces activités sont en constante évolution en fonction :

  • des besoins et propositions des membres
  • des besoins et propositions extérieurs.

1- Guy Fossat, responsable du Pôle, a défini une première mission qui était de faire l’inventaire des ressources lamartiniennes de l’Académie. Un livret bibliographique intitulé Ressources lamartiniennes a ainsi été réalisé à destination des membres de l’Académie et de toute personne extérieure intéressée. D’autres études poursuivent l’examen des ressources locales (les 20 volumes manuscrits de recensement d’études sur Lamartine de René de la Villebiot, ou les Actes des colloques lamartiniens).

2- Les membres du Pôle poursuivent leurs recherches sur ou autour de Lamartine, ce qui donne lieu à des échanges, et débouche éventuellement sur des publications, communications, conférences.

3- Un groupe de travail interne s’est constitué en avril 2018 sur le thème « Lamartine et l’Italie » : thème aux nombreuses facettes, politiques, littéraires, etc. Ce travail donnera lieu à des communications. Par ailleurs, la Mairie de Mâcon va commémorer en 2019 le cent cinquantième anniversaire de la mort de Lamartine et deux de nos membres (Guy Fossat et Anne-Marie Doucet) ont été sollicités pour donner une conférence.

4- L’ouverture vers l’extérieur se manifeste de plusieurs façons : conférences, participation à des expositions, articles pour des revues, mais aussi accompagnement de groupes, informations sur Lamartine et son œuvre, visites accompagnées de lieux lamartiniens. Aux Journées du Patrimoine, nous faisons visiter le Pavillon des Girondins (dit La Solitude) adjacent au parc du Château de Monceau.

Nous restons à la disposition du public pour toute demande. N’hésitez pas à contacter Guy Fossat : contact.

ARTICLES DES PARTICIPANTS SUR OU AUTOUR DE LAMARTINE

Un livret bibliographique intitulé Ressources lamartiniennes a été réalisé. Ce livret est en vente 1€ à l’Académie.

En préparation : Patricia Martin sur “Les difficultés de Lamartine pendant les vingt dernières années de sa vie”.

 

Retour au plan de la page


  • Lamartine historien. Mettre en lumière son Histoire de la Restauration par Bernard Rigaux.
    Élu membre titulaire de l’Académie de Mâcon en janvier 2012, il me fallut songer à préparer un discours de réception.
    Depuis quelques années, je cherchais à mettre en lumière les travaux que Lamartine a consacrés à l’histoire, aspect méprisé de son œuvre. J’avais donné à l’Académie une communication sur l’Histoire des Girondins et je préparais alors un livre, titré Lamartine historien, qui parut plus tard. Séduit plus particulièrement par son Histoire de la Restauration, je décidai de lui consacrer mon discours de réception.
    En travaillant sur la philosophie, la littérature ou l’histoire, mon but a toujours été de lutter contre l’oubli et l’injustice. Or, Lamartine est un écrivain oublié : qui le lit encore en France ? Quelles thèses lui sont-elles consacrées ? Qui veillerait sur sa mémoire si l’Académie de Mâcon ne le faisait plus ?
    De plus, ces travaux que Lamartine a consacrés à l’histoire sont habituellement dénigrés. On l’accuse de romancer l’histoire, de ne pas enquêter avec rigueur ou d’être un historien de seconde main.
    Enfin, la Restauration est une période dédaignée. Si l’on peut s’enthousiasmer pour les épopées révolutionnaires et impériales, comment le faire à propos de personnages comme Louis XVIII, roi podagre, ou Charles X, réputé inintelligent ? La Restauration ne semble-t-elle pas une régression historique ou un ultime sursaut de l’Ancien Régime ?
    Aucun de ces préjugés ne résiste à un examen sérieux.
    L’Histoire de la Restauration de Lamartine est une œuvre magnifiquement écrite, aussi captivante que son Histoire des Girondins. Ce livre éclaire une époque passionnante mais oubliée qui fut un temps de paix où la France chercha la voie d’une monarchie constitutionnelle qui aurait pu la doter d’institutions durables, en réconciliant la Monarchie et les acquis de la Révolution.
    Lire le texte complet de Bernard Rigaux : Lamartine historien de la Restauration.
    Bernard Rigaux a publié en 2014 Lamartine historien, Académie de Mâcon, Collection Libre Format, 12€. En savoir plus.
  • Bibliographie sur les ouvrages de Lamartine et le concernant : Ressources lamartiniennes. En vente 1€ à l’Académie.
  • Guy Fossat, Les rêves d’Orient de Lamartine et la Turquie contemporaine de son ami Charles Rolland, 1854, 2017, Académie de Mâcon, Hors collection, 26€. En savoir plus.
  • Anne-Marie Doucet, Les révolutions européennes de 1848-1849 avec extraits inédits des colloques lamartiniens de Mâcon (1961-2003) et de Tire (Turquie, 2004), 2017, Académie de Mâcon, Petite collection de l’Académie (série en couleurs). En savoir plus.
  • Martine de Rosny-Farge, Lamartine, cent jours sur les rives du Léman, Éditions Cabédita, 130 pages, 2006. En savoir plus.

Retour au plan de la page

Septembre 2017 : voyage d’études à l’invitation de l’Académie de Savoie, à Chambéry et à Aix-les-Bains, autour des personnages de Lamartine et de Jean-Jacques Rousseau.
Journées du patrimoine (16 et 17 septembre) : visite de la Solitude (Pavillon des Girondins) à proximité du château de Monceau à Prissé. Visite guidée par Joëlle Pojé et Gino Schlanser.
Octobre 2016 :
Anne-Marie Doucet a participé au Colloque de l’ABSS à Bourg-en-Bresse. Sa communication sera publiée les Actes du Colloque à paraitre en 2017.  Lire le texte.
Juin 2016 – Dans le cadre de l’exposition « Lamartine, sa mère et son époque » organisée par le Musée de Salles-en-Beaujolais, Anne-Marie Doucet et Guy Fossat ont présenté le cadre général de l’exposition. Lire le texte. Voir les illustrations.
2016 – Bernard Rigaux, à qui on doit déjà « Lamartine historien » a proposé une contribution sur « Le contexte politique français en 1816, vu par Lamartine » dans un numéro spécial Lamartine de la Société d’Art et d’Histoire d’Aix-les-Bains.
Martine de Rosny-Farge (qui réside à Paris), et qui a publié un « Lamartine sur les rives du Léman », propose, dans ce même numéro spécial (préciser), un article inédit complétant son livre.
2015 – Bernard Rigaux a été invité par la Nouvelle Société des Etudes sur la Restauration, à prononcer une conférence sur le sujet : « Les causes de la chute des Bourbons en 1830, selon Lamartine ».

Retour au plan de la page


En construction : d’une part diaporama sur la vie de Lamartine ; d’autre part, base de données d’images.

Retour au plan de la page


  • Site internet à visiter : Plongée au cœur de Lamartine
  • Domaine de Bon Repos Julie Charles – Elvire à Viroflay
    Le domaine de « Bon Repos »  est un lieu de mémoire situé dans les Yvelines à proximité de Versailles. Une vieille demeure, datant du XVIIIe siècle où séjourna Julie Charles – “Elvire” – de juin à septembre 1817, est laissée à l’abandon depuis 1974. Cette bâtisse bien endommagée risque de disparaître purement et simplement. La restauration étant très onéreuse,  une association, « Sauvegarde et Renaissance de Bon Repos », présidée par Madame Françoise Lamoureux, s’est créée en 2010, pour tenter de sauvegarder ce lieu. L’association propose diverses manifestations culturelles et des projets sont à l’étude pour faire revivre « Bon Repos ». Mais  il faut tout d’abord restaurer cette vieille demeure et pour cela l’association lance un appel à la solidarité pour financer les travaux du bâtiment. Contact : asso.sr.bonrepos@gmail.com. Téléphone : 06 64 63 11 27. Un site : sr-bonrepos.e-monsite.com
    Quelques mois après cet appel pour sauvegarder ce domaine de sa transformation en biens immobiliers, on a appris qu’il avait été détruit par un incendie. Lire l’article (extrait de Le Parisien mai 2017)

Retour au plan de la page


Retour au plan de la page