Connaissance du Monde

Découvrez le monde et la mosaïque de ses peuples

 

Programme de la saison 2018-2019 :

      1. PROJET MANTA Bateau dépollueur du plastique des Océans
        par Yvan Bourgnon
        lundi 12 (18h30) et mardi 13 novembre 2018 (16h30 et 19h30)
      2. PETITES ANTILLES Coeur battant
        par Julie Mauduy et Thierry Trésor
        lundi 17 (14h30 et 18h) et mardi 18 décembre 2018 (16h30 et 19h30)
      3. LA SICILE Merveille de la Méditerranée
        par Bruno Beaufils
        lundi 21 (14h30 et 18h) et mardi 22 janvier 2019 (16h30 et 19h30)
      4. RUSSIE, LE LAC BAÏKAL Au fil du Transsibérien
        par Christian ou Vassili Durand
        lundi 11 (14h30 et 18h) et mardi 12 février 2019 (16h30 et 19h30)
      5. LA PERSE Au coeur de l’Iran
        par Robert-Emile Canat
        lundi 11 (14h30 et 18h) et mardi 12 mars 2019 (16h30 et 19h30)
      6. CHINE Merveilles et splendeurs du Sichuan
        par Georges Guillot
        lundi 1er (14h30 et 18h) et mardi 2 avril 2019 (16h30 et 19h30)

Programme sous réserve de modifications. Télécharger le dépliant.

Infos et bandes annonces sur www.connaissancedumonde.com

Lieu et horaires des séances :

Amphithéâtre Henri Guillemin, 18 cours Moreau, 71000 Mâcon :

      • lundi 14h30, 18h (sauf le lundi 12 novembre 2018 séance unique à 18h30)
      • mardi 16h30, 19h30

Tarifs :

Billetterie sur place avant chaque séance
ou la semaine précédente à l’Académie, 41 rue Sigorgne (mardi 10h-12h/14h-16h, jeudi et vendredi 10h-12h/14h-17h)
Tarif plein : 8,50 €
Tarif réduit* : 8,00 €
Scolaires : 4 €
Moins de 12 ans accompagnés : gratuit
Abonnements :
Pour les 6 conférences de la saison (dont 1 gratuit) :
Plein tarif : 40 €
Tarif réduit* : 38 €
Tarif scolaire : 16 €
* pour les adhérents de l’Académie et les personnes du 3e âge.


Poème :
Avant chaque conférence, Elisabeth Leguay lit un poème qu’elle a choisi pour illustrer les propos du conférencier.

L’HOMME ET LA MER (Charles Baudelaire) (LES FLEURS DU MAL)

Homme libre, toujours tu chériras la mer !

La mer est ton miroir, tu contemples ton âme

Dans le déroulement infini de sa lame,

Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.

 

Tu te plais à plonger au sein de ton image ;

Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeur

Se distrait quelquefois de sa propre rumeur,

Au bruit de cette plainte indomptable et sauvage.

 

Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :

Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;

O mer, nul ne connaît tes richesses intimes,

Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !

 

Et cependant voilà des siècles innombrables

Que vous vous combattez sans pitié, ni remords,

Tellement vous aimez le carnage et la mort,

O lutteurs éternels, ô frères implacables !