Pôle Lamartine

Responsable : Guy Fossat

L’Académie de Mâcon possède la quasi-totalité des œuvres d’Alphonse de Lamartine publiées de son vivant : poésies, écrits politiques, études historiques, romans et récits divers, correspondance ; et, une partie de ses publications périodiques.
Bon nombre d’études le concernant sont aussi disponibles, sous forme d’ouvrages ou sous formes de communications ou d’articles.
Cette richesse tient à l’attachement personnel que Lamartine portait à cette institution, dont un de ses oncles compte parmi les fondateurs. Lui-même a été à plusieurs reprises son Président. L’Académie, en la personne de ses dirigeants et de quelques-uns de ses membres, n’a jamais cessé de porter et de transmettre le « flambeau » du souvenir lamartinien et de veiller au renouvellement des approches de sa vie et de son œuvre.
Aujourd’hui, la politique de regroupement des activités de l’Académie, sous la forme de « pôles », permet de poursuive la diffusion de ce qui concerne Lamartine. Le Pôle Lamartine constitue ainsi une continuité innovante.
Mais la compétence d’un pôle ne se décrète pas. Elle se construit. On ne naît pas lamartinien.
Pour passer de la virtualité à la réalité, le Pôle Lamartine, a dû se fixer des objectifs et rallier des soutiens. Deux objectifs complémentaires ont été, dores et déjà, formulés : tout d’abord, faciliter et guider les lecteurs dans les nombreuses ressources lamartiniennes de l’Académie de Mâcon ; ensuite, encourager toutes les personnes qui y trouveraient un intérêt, à poursuivre les « études lamartiniennes », afin de contribuer à la diffusion de sa pensée et de son action.
C’est ainsi que chaque époque apporte sa contribution à de telles études, consultables en particulier dans les Annales de l’Académie. Mais bien des aspects restent encore à mettre en lumière chez Lamartine, et autour de lui, un siècle et demi après sa mort.
A ce jour, un livret bibliographique le concernant a été réalisé par l’équipe qui se réunit régulièrement :
Consulter le livret Ressources lamartiniennes.

  • Actualités
    • Activités du Pôle
    • Travaux publiés
    • Actualisation de mars 2017
  • Archives

Activités du pôle

Le Groupe de travail du Pôle Lamartine s’est réuni le 19 avril 2016. Veuillez trouver, ci-dessous son compte rendu, ainsi que trois documents distribués à cette occasion. Notez bien qu’il s’agit de « documents de travail », c’est à dire de données partielles, pouvant être modifiées et complétées,avant de devenir « définitives ».
Vos remarques en tous genres sur ces pages du Pôle Lamartine nous seront très précieuses. Merci
Compte rendu du 19 avril 2016.
J. Pojé : Analyse du volume XIV de Villebiot.
J. Pojé Lamartine par Villebiot
Lamartine, conseiller municipal de Mâcon.

Groupe de travail du Pôle
Depuis le printemps 2015, les personnes citées ci-dessous ont participé au Groupe de travail du Pôle, réuni à Mâcon. D’autres personnes, ne pouvant venir sur place restent en contacts avec nous pour suivre les travaux, faire part des leurs, et apporter leurs suggestions. Un fonctionnement « en réseau » est ainsi amorcé.

Voici les travaux en cours :

1-Sujets en préparation
Joëlle Pojé et Colette Tonneau se sont partagé l’étude du volumineux manuscrit de René de la Villebiot (1884-1960) consacré à Lamartine, et auteur, d’une « Études sur l’iconographie de Lamartine ». Toutes deux s’interrogent sur la manière de rendre utilisable ce manuscrit, d’une grande richesse.
Joëlle Pojé prépare, en outre, une étude sur « Lamartine et les animaux ».
Anne-Marie Doucet a poursuivi son étude autour de Marianne de Lamartine : sa personnalité, son rôle, ses productions artistiques. Elle a mis au point une une notice à ce sujet et propose qu’elle soit diffusée en fichier PDF sur le site de l’Académie. Titre : « Marianne de Lamartine, artiste »
Martine Dupeuble et Guy Fossat ont réalisé la notice n°1 (février 2015) indiquée plus haut ; ils ont préparé ensuite la notice n°2, achevé avec le renfort d’A.-M. Doucet (novembre 2015).
Martine Dupeuble réfléchit au thème « Lamartine et ses amis ».

2-Sollicitations externes
Bernard Rigaux, à qui on doit déjà « Lamartine historien » a proposé une contribution sur « Le contexte politique français en 1816, vu par Lamartine ».
Martine de Rosny-Farge (qui réside à Paris), et qui a publié un « Lamartine sur les rives du Léman », propose, dans ce même numéro spécial, un article inédit complétant son livre.
D’autre part, Bernard Rigaux a récemment été invité par la Nouvelle Société des Etudes sur la Restauration, à prononcer une conférence sur le sujet : « Les causes de la chute des Bourbons en 1830, selon Lamartine ».

3-Suggestions diverses
Engager ou poursuivre :
– le repérage des associations, sites internet et autres « forces vives » portant un intérêt à Lamartine. (suggestion de Bernard Rigaux)
– l’intérêt d’un travail à engager sur des sujets tels que : « Les images de Lamartine, leurs auteurs, leurs supports » (suggestion de Roger Vincent) ; « Lamartine et les journaux » et « Les apports de la Correspondance de Lamartine » (suggestion de Guy Fossat)
– la préparation, à l’usage des réunions de travail du Groupe, de sujets « didactiques », à présenter sous forme d’un bref exposé. Exemple « Lamartine et l’unité italienne » (demande d’Anne-Marie Doucet)
– la coordination, voire le relais d’initiatives diverses. Vincent Lauvergne, président de l’Académie assure les relations avec les lieux lamartiniens du Mâconnais : Musée Lamartine de Mâcon, Maison de Milly, Châteaux de Saint-Point et de Monceau ; pavillon des Girondins. Il lance aussi l’idée que des rencontres de poésie soient organisées à la Solitude.
Bref : moins d’une année après son lancement, le Pôle Lamartine a défini un cap ; constitué une équipe (appelée à s’élargir) ; testé une manière de fonctionner. Ses premières « productions » commencent à être mises au service des membres de l’Académie et, bien au-delà, aux personnes (ou organismes) intéressées par « Lamartine sous toutes ses facettes ».


Travaux publiés

Lamartine historien
Mettre en lumière son Histoire de la Restauration

par Bernard Rigaux

Élu membre titulaire de l’Académie de Mâcon en janvier 2012, il me fallut songer à préparer un discours de réception.
Depuis quelques années, je cherchais à mettre en lumière les travaux que Lamartine a consacrés à l’histoire, aspect méprisé de son œuvre. J’avais donné à l’Académie une communication sur l’Histoire des Girondins et je préparais alors un livre, titré Lamartine historien, qui parut plus tard. Séduit plus particulièrement par son Histoire de la Restauration, je décidai de lui consacrer mon discours de réception.
En travaillant sur la philosophie, la littérature ou l’histoire, mon but a toujours été de lutter contre l’oubli et l’injustice. Or, Lamartine est un écrivain oublié : qui le lit encore en France ? Quelles thèses lui sont-elles consacrées ? Qui veillerait sur sa mémoire si l’Académie de Mâcon ne le faisait plus ?
De plus, ces travaux que Lamartine a consacrés à l’histoire sont habituellement dénigrés. On l’accuse de romancer l’histoire, de ne pas enquêter avec rigueur ou d’être un historien de seconde main.
Enfin, la Restauration est une période dédaignée. Si l’on peut s’enthousiasmer pour les épopées révolutionnaires et impériales, comment le faire à propos de personnages comme Louis XVIII, roi podagre, ou Charles X, réputé inintelligent ? La Restauration ne semble-t-elle pas une régression historique ou un ultime sursaut de l’Ancien Régime ?
Aucun de ces préjugés ne résiste à un examen sérieux.
L’Histoire de la Restauration de Lamartine est une œuvre magnifiquement écrite, aussi captivante que son Histoire des Girondins. Ce livre éclaire une époque passionnante mais oubliée qui fut un temps de paix où la France chercha la voie d’une monarchie constitutionnelle qui aurait pu la doter d’institutions durables, en réconciliant la Monarchie et les acquis de la Révolution.

Lire le texte complet de Bernard Rigaux Lamartine historien de la Restauration.


 


Lamartine, sa mère et son époque – Salles-en-Beaujolais – 6 juin 2016.
laminvitationsallesenbj
– Discussion autour de Lamartine. Plan de l’exposé donné par A.-M. Doucet et Guy Fossat : Lamartine et sa mère
– Discussion autour de Lamartine. Complément : illustrations de l’exposé.


Actualisation de mars 2017

Ci-dessous deux textes terminés lors du groupe de travail du 23 janvier 2017 :

Communication d’Anne-Marie Doucet au Colloque de l’ABSS à Bourg-en-Bresse en octobre 2016. Dans l’attente de sa version complète, dans les Actes de ce Colloque à paraitre en 2017. Lire le texte.


D’autres regards sur Lamartine

  • Domaine de Bon Repos Julie Charles – Elvire à Viroflay
    Le domaine de « Bon Repos »  est un lieu de mémoire situé dans les Yvelines à proximité de Versailles. Une vieille demeure, datant du XVIIIe siècle où séjourna Julie Charles – « Elvire » – de juin à septembre 1817, est laissée à l’abandon depuis 1974. Cette bâtisse bien endommagée risque de disparaître purement et simplement. La restauration étant très onéreuse,  une association, « Sauvegarde et Renaissance de Bon Repos », présidée par Madame Françoise Lamoureux, s’est créée en 2010, pour tenter de sauvegarder ce lieu. L’association propose diverses manifestations culturelles et des projets sont à l’étude pour faire revivre « Bon Repos ». Mais  il faut tout d’abord restaurer cette vieille demeure et pour cela l’association lance un appel à la solidarité pour financer les travaux du bâtiment.
    Contact : asso.sr.bonrepos@gmail.com. Téléphone : 06 64 63 11 27 Un site : sr-bonrepos.e-monsite.com

Un beau domaine menacé ?