La Solitude à Prissé

Retour à la page précédente

En 1833, Lamartine devient propriétaire du domaine du château de Monceau. C’est pour lui le véritable « quartier général » de son action politique. Le pavillon de la Solitude, inséparable de l’histoire de Lamartine et de Monceau, a été construit sans doute avant 1840. L’agitation permanente qui régnait au château devenait pour le député-conseiller général un obstacle à toute vie intérieure. La « Solitude » lui permit de s’abstraire, laissant à sa femme Marianne la charge d’occuper les invités.

Il est certain que de nombreuses pages de l’Histoire des Girondins, qui devait en 1847 enflammer l’opinion et préparer les esprits à la Révolution de février 1848, ont été écrites dans ce pavillon, dans le silence, au milieu des vignes. L’Académie de Mâcon a acheté ce petit pavillon en bois, élevé sur une rocaille, en 1955, année de son 150e anniversaire.

Victime d’un incendie dû à des sans-domicile-fixe qui avaient voulu dormir au chaud, la Solitude est reconstruite à l’identique grâce à des aides généreuses publiques et privées, à l’action de bénévoles locaux et au soutien permanent de la commune de Prissé.

Aujourd’hui, la Solitude est le symbole de la Cave des Vignerons des Terres Secrètes.

L’Académie a engagé des travaux de sécurité pour pouvoir accueillir le public. Ainsi, le pavillon est ouvert pour les Journées européennes du Patrimoine et lors de manifestations exceptionnelles.