Connaissance du Monde

Découvrez le monde et la mosaïque de ses peuples

 

Programme de la saison 2015-2016 :

  1. VIETNAM.
    Les Princesses et le Dragon
    .
    par Christian VEROT
    Lundi 12, mardi 13 octobre 2015
  2. BRESIL
    Un jardin pour la planète
    .
    par Mario INTROIA
    Lundi 14, mardi 15 décembre 2015
  3. DES ETOILES ET DES HOMMES
    Astronomie et Ecologie
    .
    par Benoît REEVES
    Jeudi 14, Vendredi 15 janvier 2016
  4. RUSSIE ETERNELLE
    De Moscou à Saint-Petersbourg
    .
    par Michel DRACHOUSSOFF
    Lundi 1er, mardi 2 février 2016
  5. VENISE
    Le Sérénissime
    .
    par Eric COURTADE
    Lundi 29 février, mardi 1er mars 2016
  6. ILES DE BRETAGNE
    D’Ouessant à Belle-Île
    .
    par Serge OLIERO
    Lundi 25, mardi 26 avril 2016

Infos et bandes annonces sur www.connaissancedumonde.com

Horaires :

Au cinéma Multiplexe Marivaux, 70 rue Michel Debré, 71000 Mâcon :

  • lundi 14h30, 18h
  • mardi 16h30, 19h30

Tarifs :

Tarif plein : 8,00 €
Tarif réduit* : 7,50 €
Scolaires : 4 €
Moins de 12 ans accompagnés : gratuit
Tarif spécial pour les séances avec Benoît REEVES : 10€ (pour les non abonnés)
Abonnements
Pour les 7 conférences de la saison (incluant la séance avec Benoît REEVES) :
Plein tarif : 40 €
Tarif réduit* : 37,50€
Tarif scolaire : 20 €

* pour les adhérents de l’Académie, de la MJC Héritan sur présentation de leur carte.
Les Comités d’entreprises et les associations (billets pris en groupe). Les personnes du 3e âge.

Poème :

Avant chaque conférence, Elisabeth Leguay lit un poème qu’elle a choisi pour illustrer les propos du conférencier.
In Mémorial de l’Ile noire (Sonate critique) P. NERUDA ancêtres vignerons
NOUS AVONS PEUT-ETRE LE TEMPS

Nous avons peut-être le temps
encore d’être, et d’être justes.
D’une manière provisoire
la vérité est morte hier,
cela tout le monde le sait
bien que chacun le dissimule :
elle n’a point reçu de fleurs :
elle est morte et nul ne la pleure.
Entre l’oubli et ce qui presse,
un peu avant l’enterrement,
nous aurons l’occasion peut-être
de notre mort, de notre vie,
pour aller d’une rue à l’autre,
de mer en mer, de port en port,
de cordillère en cordillère,
et plus encore, d’homme en homme,
demander: L’avons-nous tuée, nous,
ou bien les autres l’ont-ils tuée ?
Ce crime a-t-il été commis
par notre amour? Nos ennemis ?
Puisque la vérité est morte
Nous pouvons dès lors être justes.
Car avant nous devions nous battre
avec des armes d’obscur calibre :
pour nous blesser, nous oubliâmes
le pourquoi de notre combat.

Nous n’avons jamais su à qui
était le sang autour de nous,
nous avons accusé sans cesse,
sans cesse on nous a accusés,
ils ont souffert, et nous aussi,
mais alors qu’ils avaient gagné,
alors que nous avions gagné,
la vérité est décédée
de vieillesse ou de mort violente.
Maintenant tout est inutile :
nous avons tous été vaincus.

Aussi je pense que peut-être
nous pourrions enfin être justes
ou que nous pourrions enfin être :
nous avons cet ultime instant
et après, mille années de gloire
pour ne pas être ni revenir.