Voyage en Auvergne

Dans la Chaine des Puys, entre montagne et Limagne : quelques beaux fleurons de l’art roman auvergnat, tel est le thème du voyage organisé par le Pôle art roman de l’Académie de Mâcon les 12, 13, 14 et 15 juin 2018.
Programme : A Clermont, visite guidée de la basilique Notre-Dame-du-Port et de la cathédrale gothique. Excursion au Puy de Dôme et commentaires d’un volcanologue et d’un géologue, visite guidée de Notre-Dame d’Orcival et de Saint Nectaire, visite guidée de la basilique Saint-Austremoine d’Issoire, visites guidées de l’église Saint Julien de Brioude et de l’ancienne abbaye bénédictine de Lavaudieu, visite guidée de l’abbaye de la Chaise-Dieu, visite du musée Michelin à Clermont-Ferrand, visite de l’église Notre-Dame de Châtel-Montagne. Voir le programme détaillé.

Vincent Lauvergne nous a quittés

 

Vincent Lauvergne
(1952-2018)
Membre titulaire en 2009
Président de l’Académie
de 2013 à 2017
Président d’honneur

 

 

 

A DIEU…

Il est parti le Président
Vers d’autres cieux, d’autres printemps.

Sous son chapeau plus ne viendra
Nous parler de ce qu’il fera
Pour embellir l’Académie
Et la garder de tout souci.

En réunion, il proposait,
Le ton montait ? Il apaisait.
Jamais un mot dur ou blessant,
Jamais un mauvais jugement !
Dans ses discours, avec passion,
Il évoquait la transmission,
L’Humanisme et la bienveillance
L’Ethique et puis la tolérance.

 

Il aura marqué notre histoire !
Son sourire et son optimisme
Son écoute et son altruisme
Restent gravés dans nos mémoires.
La maladie fut son combat,
Avec courage il le livra.
La mort lui emboîta le pas,
Mais nous, nous ne l’oublierons pas !

Jacqueline Bernet.

Nouvelle publication

La Petite Collection évolue. La présente livraison passe à la couleur et à un format un peu plus grand. Notre collègue Anne-Marie Doucet y développe un panorama des Révolutions de 1848-1849 en Europe : leurs origines, leurs espoirs, leurs échecs, mais aussi leurs prolongements et conséquences.

Un éclairage original et complémentaire de ces événements est donné par des extraits inédits des Colloques centrés sur Lamartine qui se sont déroulés à Mâcon et en Turquie (1961-2004).

Ce livre sera disponible à l’exposition organisée du 8 au 23 décembre salle Lacroix de l’Hôtel Senecé.

Télécharger le bon de réservation

Projet de voyage en Allemagne

Le flot du Baroque ne remonta vers l’Allemagne qu’un siècle après être né sur le sol italien. En effet, la guerre de Trente Ans avait complètement dévasté l’Allemagne et la menace ottomane ne fut bannie qu’à la fin du 17e siècle. La paix revenue, l’Église catholique, rénovée après la Réforme par un mouvement de réorganisation interne devint le promoteur le plus important de la tendance « baroque » en architecture. Lire le projet.

Journée solutréenne du 1er octobre

Le saviez-vous ? Il existe un point commun entre nous et l’homme du solutréen : pas plus que lui nous ne savons maîtriser le temps qu’il fait ou fera ! Samedi 1er octobre 2016, jour des festivités pour célébrer ce 150e anniversaire du site de Solutré, il a fait un temps exécrable alors que la veille et le lendemain il faisait un temps digne d’une belle fin d’été.
Qu’importe, l’Académie souhaitait une journée la plus simple possible, toute entière consacrée à celles et ceux qui ont œuvré, leur vie durant, à une meilleure connaissance du monde et de la vie au temps des hommes du solutréen.
Autour du Président et de Jean Combier, moteurs de cette célébration, Yves Coppens, Anta Montet-White et Sergio Ripoll López ont su, chacun à sa façon, donner la touche scientifique nécessaire pour bien signifier que l’aventure n’était point terminée : notre connaissance du milieu dans lequel vivaient nos lointains ancêtres est en constante évolution. « Le site de Solutré va encore faire parler de lui », précisait Sylvain Quertelet, responsable du Musée de Solutré.
La journée débuta à l’Hôtel Senecé afin de bien marquer l’hommage qu’au travers de cette journée, l’Académie et ses membres souhaitaient adresser à ses prestigieux prédécesseurs Adrien Arcelin et Henry Testot-Ferry ainsi qu’à Jean Combier notre infatigable « découvreur ».
Après ces brefs mots de bienvenue, les nombreux participants se retrouvèrent au Musée de Solutré pour le vernissage de l’exposition « Bourgogne-Franche-Comté, terre de préhistoire ». Pluie ? Sonorisation discrète ? Peu importe, chacun a pu écouter Yves Coppens et Jean Combier nous expliquer l’originalité de certaines pièces présentées. La chaleureuse ambiance du matin perdurait et chacun de converser avec son ou ses voisins, chercheurs, amateurs passionnés ou simples curieux.
Au Lycée Agricole de Davayé, l’objectif était tout autre mais non moins important. Il s’agissait de rendre un vibrant hommage à celles et ceux qui depuis les années scolaires 2014-2015 et 2015-2016 ont travaillé avec un groupe d’élèves motivés sur la recherche en préhistoire : qu’est-ce qu’une fouille ? Que découvre-t-on ? Comment peut-on en déduire la vie à cette époque ? Professeurs et élèves de cinq lycées de Saône-et-Loire et un du Rhône, étaient réunis autour de leurs travaux et ont pu brièvement (trop brièvement) échanger avec Yves Coppens ou Jean Combier. Formidable expérience pédagogique qui a permis d’unir les efforts des responsables de l’Éducation Nationale, les élus du département et de la région… et de membres de l’Académie de Mâcon, Jean Pelletier-Thibert et Marie-France Turlier.
En fin d’après-midi, environ 200 personnes se présentaient à la Médiathèque de Mâcon afin d’écouter Yves Coppens, Anta Montet-White et Sergio Ripoll López. Avec des mots simples, ponctuant son discours d’anecdotes, le Professeur Coppens replaça cette journée à sa juste place : « l’humanité ne peut se penser de façon linéaire. L’humain est un être inachevé, en perpétuelle construction… ».
Pour célébrer cette journée unique, Jean Combier a édité un ouvrage « Solutré, Volume du 150e anniversaire ». Nul doute que chacun y puisera des motifs de fierté face aux efforts continus des Arcelin, Testot-Ferry, Ducrost, Breuil, Combier… jusqu’à ceux des lycéens, efforts déployés pour mieux appréhender l’évolution de l’Homme, tout spécialement dans nos régions à l’ombre de cette célèbre Roche de Solutré.
Notre reconnaissance à tous,

J.-M. Dulin, Président d’Honneur de l’Académie de Mâcon